Non classé

Nouvelle publication

Atelier d’écriture :

Décrire pour faire ressentir   

Date :

Durée : 2h

Objectif de l’atelier : Décrire un paysage ou un lieu pour faire ressentir au lecteur les sensations du personnage ou du narrateur. 

Moyens :

  • Utiliser les 5 sens humains pour décrire un paysage ou un lieu : la vue, le toucher, l’ouïe, le goût, l’odorat.
  • Eprouver des sensations et ressentir le monde extérieur pour mieux les transmettre au lecteur
  • Rendre poétique et stylistique des sensations considérées trop souvent comme anodines
  • Utiliser un vocabulaire et des formes littéraires spécifiques : métaphores et images, vocabulaire relatifs aux sens humain, aux couleurs, à la nature.

Public visé : groupe de 10 personnes maximum, adultes, clients de la librairie, qui aiment la littérature et l’écriture.

Déroulement de l’atelier :

 

  1. Accueil du groupe (10 minutes)

Les personnes prennent place autour de la table. On laisse quelques minutes aux gens pour se saluer, sortir ses affaires, s’installer confortablement.
S’agissant d’un groupe qui suit l’atelier, inutile de faire un tour de table de présentation.

  1. Lancement de l’atelier (5 minutes)

Donner l’objectif de l’atelier.

Pour réaliser cet exercice, on va s’appuyer sur des extraits du roman de Marc Graciano, Au Pays de la fille électrique (Editions Corti, 2016). Dans ce texte, Marc Graciano utilise de nombreuses images et descriptions des différents lieux que traverse son personnage principal. Une jeune fille, victime d’une cruelle agression, part sur les routes et traverse de nombreux paysages très différents. Les descriptions sont très réalistes et permettent de visualiser chaque étape de cette jeune fille, autant que ses souffrances et sa nécessaire reconstruction.

Spécificité du roman, chaque chapitre est rédigé grâce à une seule phrase. Le prologue ne comporte qu’une phrase sur 22 pages.

  1. Ice breaker (10 minutes)

Choisissez n’importe quel objet dans la pièce et décrivez-le sans nous dire de quoi il s’agit.
L’objectif de cet ice-breaker est de montrer qu’on décrit souvent ou en tout cas naturellement ce qu’on voit. En revanche, on ne décrit pas un objet selon sa matière, son odeur, … La description en est donc parcellaire.

  1. 1ère consigne (30 minutes)

Reproduire l’exercice en décrivant le livre de Marc Graciano à travers vos sens.  

Lecture des textes avec un attendu sur l’utilisation des sens pour décrire le livre.

  1. Consigne d’écriture principale (10 minutes)

Lecture :

Lecture de l’extrait tiré des pages 140 et 141 :

Il y avait un cordon de plage entre l’océan et le pied de la dune et la plage était complètement déserte, et il n’y avait que le grand océan devant elle et le vent soufflait en provenance du large et caressait son visage, et l’odeur de l’océan était pure maintenant et non mélangée d’autres fragrances, et l’océan était bleu et vaste, et elle resta un long moment à l’observer, figée là-haut sur l’allée de planches à jouir de la caresse du vent sur son visage et ses yeux dans la lumière du couchant étaient devenus mauves et liquides, puis elle descendit vers l’océan et elle alla à l’endroit de la plage où le sable est humide et ondulé et dur, et une langue d’eau mousseuse glissa jusqu’à ses Uggs et les mouilla et les pénétra, raison pour laquelle elle s’éloigna  du bord et alla sur le sable sec, puis elle quitta ses Uggs trempées jusqu’à la naissance des tiges, puis elle posa son sac-poubelle à côté des Uggs, puis elle enleva son polaire et elle le plia et elle le posa sur ses Uggs, (…) et elle était nue face à l’océan maintenant, seulement porteuse du plumet qui flottait dans l’air et venait chatouiller subtilement sa joue, et elle regarda l’eau près du bord, et l’eau de l’océan, dans la lumière vespérale et chargée de toute la chaleur du jour, était devenue presque verte un peu avant l’endroit où les vagues se brisent, parce qu’il devait y avoir un courant chaud en cette époque de l’année près de la côte, et elle vit des bancs de poissons dans les vagues tout près du bord qui venait téter la surface des vagues, et elle se campa bien droite devant l’océan sur son corps nu, et, en relâchant complètement les muscles, elle gonfla bien sa cage thoracique et elle prit librement plusieurs grandes respirations, puis elle s’avança vers l’océan et elle entra dans l’océan.

  • Tous les sens y sont, à plusieurs reprises, sauf le goût
  • Demander aux participants ce que ça apporte pour eux, comment ils ont visualiser le lieu
  • L’auteur communique à son lecteur les sensations ressentis par son personnage. Il rend réel l’expérience décrite.

Consigne d’écriture :

Décrivez un lieu que vous connaissez ou que vous imaginez en prenant soin de nous décrire précisément ce lieu à travers les différentes sensations que ressent votre personnage (personnage fictif, narrateur, vous-même) dans ce lieu. Il n’est pas nécessaire de nommer ce lieu, c’est à votre guise.

En utilisant un vocabulaire adapté et précis, des images, vous devrez faire ressentir au lecteur les sensations éprouvées par votre personnage.

  1. Le temps de l’écriture (20 minutes)

Ma posture pendant ce temps d’écriture :

  • Laisser les participants entrer en écriture
  • En cas de blocage :
    • Les questionner sur leur blocage et leur faire formuler ce qui les bloque pour qu’ils essaient de trouver la solution seul.
    • Leur suggérer des lieux : lieux de vacances, une pièce de la maison qu’ils affectionnent particulièrement, les bras d’un être cher, un endroit de la ville où ils aiment aller, …
    • Leur proposer de lister les 5 sens et de mettre en face des émotions, des adjectifs, des images qui s’y rapportent
  • Passer lire ce qu’ils ont déjà écrit. Faire des suggestions de corrections, développements, précisions. Veiller à l’harmonie et à la progression du texte pour que l’ensemble soit cohérent.
  1. Lecture des textes et retours (30 minutes)
  • Demander aux autres participants de faire leurs retours avant de faire les miens en rappelant les règles de bienveillance
  • Les retours attendus sur ce type de consigne :
    • Eviter l’effet « catalogue » de la description. Elle doit s’intégrer à un texte, une histoire.
    • On a retrouvé l’effet « wahou » du lieu (sa beauté), on perçoit les sensations du personnage et comment il se sent dans ce lieu.
    • La présence d’un vocabulaire spécifique à la description : superlatifs, adjectifs, …
    • Questionner les participants sur ce qu’ils ont ressenti à la lecture des textes.
  1. Conclusion de l’atelier (5 minutes)

Rapide tour de table pour connaître le ressenti des participants sur cet atelier.
Les remercier de leur attention et des productions.
Inviter au prochain atelier : date et sujet abordé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *